I - La dissymétrie moléculaire.

Publié le par Jordan


1) Explication :
 
     Après plusieurs années de recherche où il associe la cristallographie, la chimie et l'optique, Pasteur remarque qu'il y a parallélisme entre la forme extérieure d'un cristal, sa constitution moléculaire et son action sur la lumière polarisée. Les cristaux dissymétriques, comme par exemple quasiment tous les acides aminés, font dévier la lumière polarisée et ne peuvent en aucun cas se superposer, alors que les cristaux qui ont un plan de symétrie ne la dévient pas mais peuvent se superposer, tel que la glycine (qui est un des acides aminés non-dissymétriques).


http://img267.imageshack.us/img267/3686/pasteurcristalgw0.png

 

Cristaux de Tartrate et de Paratartrate

   
 
     Il formule une loi fondamentale : "seuls les produits nés sous l'influence de la vie sont dissymétriques, cela parce qu'à leur élaboration président des forces cosmiques qui sont elles-mêmes dissymétriques". 
 
      La nature crée ces produits dans une forme qui est toujours principalement          dite« lévogyre » (c’est à dire qu’ils dévient la lumière vers la gauche), alors que nous, lorsque nous voulons reproduire l’un de ces prohttp://img112.imageshack.us/img112/8740/dissymtrielu3.pngduits en les synthétisant, nous ne pouvons le synthétiser que sous les deux formes (donc lévogyre et dextrogyre) en même quantité (ceci  s’appellela forme racémique). Mais par exemple certains médicaments sont actifs que sous une seule de ces deux formes, l'autre formepouvant même être nocive. Il faut alors synthétiser un seul des énantiomères.

              

2) A t’elle apportée quelque chose d’important ?

 
      Grâce à cette découverte, Louis Pasteur prouve que la dissymétrie est la grande ligne de démarcation entre le monde organique et le monde minéral ; et élabore une nouvelle science qualifiée de stéréochimie (ou chimie de l’espace). Mais ce n’est pas tout, il provoque également l’essor de la chimie de synthèse.

 

Cela faisait quelques années que Pasteur réalisait des recherches et enseignait à Dijon et à Strasbourg, mais, en 1854, il partit pour Lille. Il devint doyen de la faculté des sciences et professeur de chimie.


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article