Emile Roux

Publié le par Jordan

http://www.nsc.gov.tw/files/popsc/2006_18/9502-06-02.JPG

 

            Médecin et biologiste français né à Confolens (Charente), le 17Décembre 1853 ,d'une famille de neuf enfants, Emile Roux est recueilli et élevé par sa sœur aînée et son beau-frère, F. Momont, à la mort de son père en 1862. Il étudie d'abord à Aurillac puis au Puy. Il obtient son baccalauréat en 1871 à Clermont-Ferrand ; puis passe sa licence de sciences en 1871 et commence, en 1872, ses études à la Faculté de médecine de Clermont-Ferrand. Il travaille d'abord comme étudiant-assistant en chimie à la Faculté des sciences, sous la direction d'Émile Duclaux (1840-1904).

            De 1874 à 1878 il poursuit ses études à Paris, où il entre comme aide de clinique à l'Hôtel-Dieu. Puis en 1878, Louis Pasteur est à la recherche d'un jeune médecin pour l'assister dans ses recherches sur les maladies microbiennes ; alors Emile Roux entre comme préparateur au laboratoire de L. Pasteur, à l'Ecole normale supérieure de Paris.

            En 1883, Roux présente sa thèse de doctorat, intitulée « Des Nouvelles Acquisitions sur la Rage », où il décrit les recherches qu'il mène avec Pasteur sur ce sujet depuis 1881, et qui devaient conduire à la première vaccination contre cette maladie redoutable. Roux est alors reconnu comme un expert dans les sciences nouvelles qu'étaient la microbiologie médicale et l'immunologie.

            En 1888, année importante dans sa carrière, il accepte le poste de directeur des services, et entre au conseil de rédaction des « Annales de l'Institut Pasteur ». Dans le même temps, il crée le premier cours régulier sur la technique microbiologique, qui devait avoir une influence considérable dans la formation aux maladies infectieuses d'un grand nombre de chercheurs et de médecins français et étrangers voués à la célébrité. La même année, il publie avec Alexandre Yersin (1863-1943) le premier de ses travaux classiques sur l'origine de la diphtérie, due au bacille Klebs-Loeffler, maladie alors très fréquente et mortelle, particulièrement chez les enfants. Il étudie sa toxine et ses propriétés, et commence en 1891 à mettre au point un sérum efficace pour traiter la maladie.

            Grâce à tous ces travaux il reçut de nombreux prix, dont : le prix Osiris (dont il reverse le prix de 100 000 francs à l'Institut Pasteur), mais il est aussi nommé, en 1904, Directeur général de l'Institut de Pasteur (à l'ancien poste de Pasteur).

            En 1916, il s'installe dans un petit appartement de l'Hôpital Pasteur, où il meurt le 3 novembre 1933.

Commenter cet article